REVEILLEZ VOUS

Partage de données sur la progression spirituelle
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Livre 'Ma cure d'eau' de l'abbé Kneipp (Hydrothérapie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sun is shining



Nombre de messages : 981
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Livre 'Ma cure d'eau' de l'abbé Kneipp (Hydrothérapie)   Lun 18 Juil - 19:08

Voici le livre de l'abbé Kneipp 'Ma cure d'eau' sur les bienfaits de l'hydrothérapie que l'on peut pratiquer à domicile pour soigner un grand nombre de problèmes de santé
1ère partie :
http://fr.calameo.com/read/000612042dce70853b58a
2ème partie :
http://fr.calameo.com/read/000612042066c36418f6a

Publié en 1896, ce livre est libre de droits d'auteur et de diffusion - N'hésitez pas à le diffuser



Les bains et demi-bains froids de l'abbé kneipp fonctionnent selon les mêmes principes que la cryothérapie : L'eau froide produit une constriction du sang, suivie d'une puissante dilatation dès que le corps s'habitue à l'eau, ce qui permet d'expulser les toxines des tissus et de les conduire vers les voies d'élimination du corps. Mais il y a quelques recommandations à suivre : Le bain froid ne doit pas durer plus de 4 à 5 minutes en tout (sinon le corps se refroidit trop profondément), il est contre-indiqué à ceux qui ont des problèmes d'arthrite ou qui ont une impression de froid dans le corps, et aux cardiaques.
Procédé du demi-bain froid :
Bien chauffer la salle de bain. Faire couler de l'eau froide jusqu'à 1/3 ou 1/2 de la baignoire. A faire loin des repas pour ne pas entraver la digestion.
2 méthodes :
La méthode progressive : Commencer par marcher 30 secondes à 1 minute dans l'eau. Puis rentrer les fesses dans l'eau pendant 30 secondes pour s'habituer à la température, puis s'assoir dans l'eau et allonger ses jambes dans l'eau pendant 30 secondes . En fait, passer à l'étape suivante dès qu'on s'habitue à la température de l'eau, ce qui montre que l'effet vaso-constriction puis dilatation s'est réalisé. Si on a le courage, on peut alors passer au bain complet en s'allongeant entièrement dans l'eau sauf la tête pendant 30 secondes (donc tout le corps sauf la tête). Si la baignoire est trop petite, replier les jambes. Ne jamais dépasser 4 à 5 minutes de l'entrée des pieds dans l'eau à la sortie du bain même si on s'est habitué à la température de l'eau, sinon l'effet positif se transforme en effet négatif car le corps se refroidit profondément. Sortir de l'eau et s'habiller de suite sans s'essuyer pour avoir un mini effet sauna avec la chaleur du corps. Veiller à s'habiller chaudement et à ne pas prendre froid pendant les 30 minutes suivantes, ou sinon on peut également se coucher sous des couvertures pour bien réchauffer son corps.
La méthode radicale pour les plus courageux : Entrer dans la baignoire et s'assoir puis s'allonger (sauf la tête) directement sans faire de pause. Le bain peut durer de 2 à 5 mn maxi.
Pour détoxiner en profondeur le corps, faire une cure de demi-bain ou bain complet tous les jours pendant 10 à 15 jours puis en entretien 1 à 2 par semaine. Particulièrement recommandé les jours de grande chaleur, ou après un effort sportif quand on a bien sué, ou en cas de fièvre. L'abbé Kneipp recommandait en plus de ces lavages extérieurs, de 'lessiver le corps de l'intérieur' par la prise de tisanes/décoctions détoxinantes telles que l'absinthe, le chardon de marie, l'aubier de tilleul, le buis, le surreau etc...pendant la journée.

Un autre remède phare de l'abbé Kneipp : Le manteau espagnol (Voir descriptif dans son livre).


L'idéal est de coupler les bains froids ou le manteau espagnol avec les cataplasmes à l'argile et la cure d'argile par voie interne pour un détoxinage encore plus en profondeur.
------------------------
Les bains dérivatifs


Résumé du livre "Les Bains Dérivatifs" de France Guillain (Editions Jouvence)


Introduction
France Guillain a vécu dix-sept ans sur les mers du globe avec ses cinq enfants. Menant seule un voilier, elle eut maintes occasions d’expérimenter les spectaculaires bienfaits des Bains dérivatifs. La réaction corporelle de détoxication provoquée par ces Bains est inégalée. Utile pour soulager tant que pour mincir, c’est un outil de santé naturelle simple, efficace et gratuit.

Le Bain dérivatif - qui consiste à se rafraîchir exclusivement le sexe dans des conditions très précises - est connu depuis des milliers d’années. Il est bien probable qu’il faisait partie de notre «matériel de survie» au commencement du monde, si l’on se réfère aux animaux qui le pratiquent essentiellement lorsqu’ils sont malades, blessés, ou ... «trop» bien nourris dans nos maisons, ce qui est souvent le cas des animaux domestiques.
En Chine, pays de l’Acupuncture, on sait que les extrémités génitales sont les parties les plus réactives du corps. C’était l’endroit que l’on pinçait vigoureusement du bout des ongles il y a encore peu de temps pour tenter de réanimer la victime d’une crise cardiaque. On prescrivait autrefois d’amener de l’eau dans des bambous de plus en plus fins et de la faire tomber au niveau du nombril, sur le sexe. Cérémonie un peu éloignée du simple Bain dérivatif qui avait peut-être pour but de sauvegarder un «savoir» sans trop «se toucher» le sexe... par pudeur ou parce qu’on ne savait plus très bien comment faire !

Personne n'ignore que nous avons tous dans le corps ce que nous nommerons ici des surcharges, des surplus, des éléments en trop qui n'ont rien à faire là. Ce sont principalement les aliments que nous ingérons en trop et qui se déposent en graisses, les fumées et gaz provenant d'usines, des automobiles, de la cigarette, des aérosols contenant déodorants, produits ménagers, laques, pesticides... qu'il est difficile d'éviter d'inhaler. Tout cela se dépose dans notre corps, nous ne savons pas très bien où, pour combien de temps. Nous ne savons pas trop non plus quels dommages ces dépôts inutiles peuvent entraîner.

Ces surcharges alourdissent parfois notre silhouette, mais la maigreur ne les exclut pas, elles sont là.

Nous savons déjà par exemple que la présence de surcharges comme les goudrons crée un terrain favorable au développement des cancers. On pourrait être tenté de dire que les goudrons du tabac "donnent" le cancer. Les expériences pratiquées sur des rats badigeonnés de goudron portent à le croire. Mais toutes les personnes qui fument ne meurent pas obligatoirement de cancer: elles présentent seulement plus de risques. Et les rats dont on parle ne mènent pas une vie de rats sauvages et libres, ils vivent un stress de captivité.

Nous savons peu de choses sur ce que la présence d'excédents "alimentaires" plus ou moins harmonieusement répartis peut engendrer dans les parties de notre corps où elles se trouvent nécessairement.

L'action du Bain dérivatif
Le Bain dérivatif, comme son nom peut l'indiquer, fait - selon les apparences - dériver, voyager les substances, les matières, les molécules que nous avons en trop dans notre corps, celles qui ne se sont pas transformées en muscles, sang, os,... le bain dérivatif semble donc faire revenir lentement ces excédents inutiles là où ils étaient au "départ", dans l'intestin, afin de les évacuer.

Cela peut paraître trop simple. Trop facile à dire. Car il y a dans cette définition quelque chose de presque miraculeux à nos yeux. On est tenté de répondre: de qui se moque-t-on! Quelles preuves avez-vous?

La recherche scientifique et médicale est tellement avancée aujourd'hui qu'il nous est bien difficile d'entendre, d'accepter une si tranquille affirmation. On a beau nous dire que c'est gratuit et sans aucun danger puisqu'il s'agit seulement et uniquement de mouiller son sexe à l'eau froide dans des conditions très précises, il nous semble impossible que cela puisse fonctionner sans frustrations comme lorsque l'on se soumet à un régime alimentaire, sans douleurs comme lorsque l'on a recours à la chirurgie. Gratuit, facile, sans danger et efficace, ça n'existe pas !

Une telle définition, une telle déclaration paraît presque indécente, car elle n'inclut aucun autre effort que de ce mouiller régulièrement le sexe à l'eau froide pendant une durée déterminée. A qui allez-vous faire croire ça! Il nous est devenu très difficile de comprendre qu'il n'y a rien à "payer" pour obtenir un bon résultat. C'est presque choquant. "Ca se saurait si c'était vrai!". Mais tout le monde ne le sait pas. C'est une compétence enfouie.

Comme le ballon météo
Notre corps fonctionne comme un ballon de baudruche: ce sont deux ingénieurs en météorologie américains qui l'ont dit en 1988. Pour ce qui est du ballon, celui-ci est fait de molécules que nous allons dire "stable", "fixes", constantes, ce sont celles qui constituent la structure du ballon, autrement dit le caoutchouc du ballon.

A l'intérieur du ballon, il y a soit de l'air, soit un gaz plus léger que l'air et peut-être un peu d'humidité. Cet ensemble est fait de molécules que nous allons dire "libres", "mobiles" ou "baladeuses", capables de se promener dans le ballon sans que le caoutchouc du ballon n'en soit affecté.

Si l'on chauffe le centre du ballon, sans ajouter ni air, ni gaz, le ballon gonfle. Les molécules libres vont vers les parois du ballon et poussent vers l'extérieur.

Si l'on refroidit le centre du ballon, le ballon rétrécit: les molécules libres se concentrent sur la région froide.

Les deux ingénieurs disent que le corps humain étant composé à 70% d'eau, il se passe exactement la même chose. Cela mérite quelque explication, car nos ingénieurs ne parlent pas du tout du Bain dérivatif. Pourtant l'analyse est simple.

Tout d'abord, ce n'est pas toute l'eau de notre corps qui se précipite vers l'extérieur (notre peau) lorsque le centre du corps se réchauffe! Mais c'est grâce à cette composition aqueuse que le déplacement de certaines molécules peut se produire de cette façon.

Tout comme le ballon, notre corps est constitué de molécules "stables", "fixes", qui sont nos os, nos muscles, notre sang, la lymphe, notre peau... y compris ce que l'on peut appeler les "réserves" naturelles que le corps stocke harmonieusement, le plus souvent dans de belles fesses, surtout si nous appartenons à un groupe humain qui, autrefois, a vécu de grandes famines.

Nous avons également dans notre corps des "molécules libres", baladeuses, capables de se déplacer, qui n'entrent pas dans la constitution de base de notre corps. Ce sont toutes celles que nous avons absorbées, pour la plupart par la bouche, l'estomac, l'intestin et qui étaient en trop, que nous n'avons pas réussi à éliminer. Elles vont se concentrer d'abord sur le ventre, puis sur les hanches, les fesses et peu à peu cheminent dans le corps, formant des amas ici ou là.

Ce sont ces "molécules"-là qui se déplacent peut-être exactement comme dans le ballon si l'on chauffe ou refroidit le centre du corps, soit ici, le sexe et par là le bas du ventre.

A chaque fois que le ventre chauffe : digestion lourde ou lente, émotions fortes, stress, gros chagrin, réchauffement brutal de l'atmosphère, choc physique violent et même sport, ces molécules s'en vont du centre du corps vers la périphérie, vers les extrémités du corps, tête, mains, pieds. Bien sûr elles n'y arrivent pas immédiatement. Elles vont seulement dans ces directions et s'arrêtent en route lorsque cesse l'échauffement du ventre. C'est un phénomène que bien des personnes constatent facilement: chevilles qui gonflent en faisant du sport ou lorsqu'il fait chaud, impression d'être gonflé, d'avoir la peau tendue sur tout le corps après un repas, stress qui "fait grossir" alors qu'on ne mange pas plus que d'habitude ou si peu... C'est bien pourquoi le sport à lui tout seul ne fait pas maigrir, même s'il brûle des calories et élimine de l'eau par la transpiration. Il déplace seulement ces surplus. Il ne s'agit pas là de nier les bons effets du sport, mais de préciser que l'exercice physique n'a pas la propriété spécifique de ramener vers l'intestin ces surplus de l'organisme afin de les éliminer.

A l'inverse, quand on refroidit le sexe de façon prolongée, on s'aperçoit, au bout de quelques jours et si on avait trop de poids ou bien que l'on est maigre mais que l'on a de la cellulite, que l'on élimine par les selles des quantités parfois plus importantes que ce que l'on avait l'habitude de faire et que l'on perd du poids sans que la masse musculaire ne soit diminuée. Au contraire, les muscles retrouvent leur tonus. Ils n'augmentent pas de volume, ce que le sport peut leur faire faire, mais ils sont de nouveau toniques.

Cette élimination des seuls surplus de l'organisme agit comme un régulateur de poids. Les personnes surchargées peuvent s'alléger de façon durable, les personnes trop maigres, en nettoyant leur organisme, permettent à leur corps de mieux assimiler ce qu'elles absorbent.

Nous supposons donc que c'est le refroidissement régulier du centre du corps qui permet peu à peu de faire revenir à l'intestin toutes les substances en trop et de les éliminer.

L'élimination de surcharges
Une fois que tout ce que nous mangeons, respirons, absorbons par la peau est dans le corps, il reste à celui-ci la possibilité d'éliminer. Pour ce faire, le corps dispose principalement des poumons qui peuvent essayer de rejeter les impuretés inhalées, la peau qui transpire, les reins qui éliminent. Mais qui éliminent ... autant qu'ils le peuvent. Il faut pour cela ne pas connaître la constipation, ne jamais se retenir un trop long moment d'uriner (sinon l'urine "disparaît" curieusement de la vessie - chacun peut en faire l'expérience - et repart donc dans d'autres circuits...), il faut avoir une peau qui transpire bien... Toutes ces choses qui ne fonctionnent pas toujours parfaitement tous les jours.

De plus, l'intestin n'élimine que ce qu'il considère comme des déchets. Si l'on a "trop" absorbé de bons aliments, tous les aliments digestibles passent à travers la paroi de l'intestin et partent dans le corps. De même, les gaz et produits volatils ne sont pas nécessairement éliminés par l'organisme, du moins très peu. Et même si vous ne grossissez pas, les surcharges sont là et il est facile d'en voir les effets.

Les effets des surcharges
L'accumulation des surcharges au sommet de la tête est très probablement une des raisons qui font blanchir les cheveux, participe peut-être à l'apparition des maux de tête et de dents, des névralgies, provoque en tout cas l'avachissement des fibres musculaires faisant apparaître des ridules puis des rides... Tout cela peut sembler très affirmatif, mais la pratique du Bain dérivatif, comme nous le verrons, donne des résultats tellement sensibles qu'ils obligent à s'interroger.

L'accumulation des surcharges dans les articulations rend moins "souple" le corps, favorise probablement la formation de cellulite même chez les personnes maigres en bloquant la circulation des excédents qui ne peuvent alors plus éliminer que leur eau.

L'accumulation de surcharges sur les fibres nerveuses peut rendre plus nerveux, irritable ou au contraire apathique, mou, favorise le stress, diminue en partie la capacité à supporter des chagrins ou des événements difficiles de l'existence sans se rendre malade. Le psychisme est très important, mais le corps a aussi son rôle à jouer!

L'accumulation de surcharges sur les fibres musculaires avachit les muscles, favorise certains types d'incontinence urinaire.

Un chat ne fait pas de sport tout en gardant une qualité musculaire remarquable: il pratique le bain dérivatif à sa façon!

L'accumulation des surcharges sur les fibres intestinales diminue considérablement la motilité de l'intestin, entraînant la constipation, d'où certaines prises de poids par défaut d'élimination.

Le Bain dérivatif permet rapidement de récupérer ces diverses fonctions.

Il nous faut apprendre à lire les signaux, entendre les appels de notre corps. Ne plus considérer tristement les signes de vieillissement apparus trop tôt comme les fatalités dues à l'âge. Car ce n'est pas l'âge qui fait grossir, ce n'est pas l'âge qui blanchit les cheveux trop tôt, ce n'est pas l'âge qui vieillit la peau prématurément, ce n'est pas l'âge qui fait mal au dos, ankylose les articulations... ce sont tout simplement les surcharges emmagasinées dans le corps qui ralentissent son activité, qui l'empêchent de profiter correctement de nos aliments.

Les effets du Bain dérivatif
- Un des tout premiers effets du bain dérivatif est de déstresser.
- Combat la constipation. Si vous êtes un constipé chronique, faites des séances de 20 minutes par jour. Si vous êtes assez lourd, faites deux séances de 20 minutes.
- Retarde l'apparition des cheveux blancs
- Raffermit les muscles et élimine la proéminence de l'estomac
- Empêche une prise excessive de poids par excès de nourriture sans avoir à se soumettre à un régime restrictif. Régulateur de poids.
- Excellent pendant la grossesse (constipation, boutons sur le visage, teint, tiraillements, insomnie, incontinence urinaire, angoisses, peurs, inquiétudes) - facilite l'accouchement surtout si pratiqué tout au long des trois derniers mois.
- Espace les crises d'asthme. Faire le bain dérivatif le soir, avant de s'endormir, 1h à 1h30 après le repas du soir.
- Fait disparaître boutons, acné, dartres, eczéma
- Calme les névralgies dentaires et faciales (faire un bain dérivatif de 2 minutes pour calmer la douleur des poussées dentaires des bébés)
- Blanchit les dents brunies par les médicaments
- Réduit la dépendance au tabac, à l'alcool, au café... agissant en déstressant progressivement.
- Fait disparaître les excroissances de chair, les verrues plantaires
- Espace les maux de gorge
- Efficace en cas d'incontinence urinaire
- Fait dormir
- Fait disparaître les maux de tête
- Les bébés et les enfants réagissent très vite et très fort aux Bains dérivatifs. 2 minutes suffisent jusqu'à 6 mois, 3 minutes jusqu'à 18 mois.

Mode d'emploi
Le Bain dérivatif consiste à rafraîchir de manière prolongée et exclusive le sexe en le mouillant à l'eau froide par frictions très légères, à l'aide d'un gant de toilette. J'utilise cuiller en bois que j'introduis dans le gant de toilette pour que mes mains ne soient par refroidies par l'eau. L'eau doit être froide mais jamais glacée. C'est la différence de température entre celle de l'atmosphère et celle de l'eau qui compte, même si vous avez l'impression que ce n'est pas assez froid.

Si vous avez un bidet, c'est le moyen le plus pratique. Moi, j'utilise une bassine entourée de mousse que je place dans la cuvette du WC et je m'installe confortablement sur la lunette du WC.

Pour les paresseux, il existe en pharmacie des compresses réfrigérantes (genre de sac en plastique mou contenant du gel) que l'on met dans le réfrigérateur. Il suffit de placer la compresse entre les cuisses pendant le même temps que pour les frictions, tout en vaquant à d'autres occupations. Veillez juste à ne pas refroidir une autre partie du corps pendant ce temps.

La durée d'une séance est de 10 minutes pour une personne adulte de moins de 70 kilos. Au-delà de 70 kg, 15 minutes. Dans certains cas, quelque soit votre poids, il sera conseillé de faire 20 minutes. Mais, sauf si vous êtes malade ou très surchargé, ne dépassez pas 20 minutes sinon vous risquez d'avoir des réactions d'élimination trop violentes.

Une fois par jour, c'est déjà excellent si vous vous y tenez et que vous persévérez quelques semaines, ou plus selon votre cas.

Deux fois par jour si vous êtes très encombré, si vous êtes pressé. Sauf cas exceptionnel, ne dépassez pas deux fois par jour.

Si vous voulez perdre ou prendre du poids, redonner à vos cheveux leur couleur d'origine... vous aurez à le faire tous les jours jusqu'à obtention des résultats recherchés.

Pour une cure d'entretien, quatre fois ou trois fois chaque semaine, très régulièrement, suffiront amplement.

Deux fois par semaine est déjà bon si vous n'êtes pas trop surchargé. C'est un minimum. Ce qui compte le plus est la régularité.

Pendant les règles, ne le faites pas. Il vaut mieux ne pas perturber les températures du bas du ventre durant cette période. Par contre toute la durée de la grossesse est un moment privilégié.

Lorsque vous avez terminé votre séance, réchauffez-vous. Vous pouvez soit ajouter un pull de laine, soit vous mettre dix minutes sous votre couette, soit vous mettre au soleil si la saison et le lieu le permettent.

Ne le faites jamais pendant le début de la digestion, au risque d'avoir des nausées, mais au moins une demi-heure avant le repas ou une heure et demie après.

Conclusion
Je souhaite que la pratique des Bains dérivatifs puisse être largement enseignée aux femmes enceintes, aux parents de bébés et enfants des crèches et des écoles maternelles, afin d'aider le petit enfant d'une part à être plus en forme, d'autre part à découvrir ce sentiment de liberté et de responsabilité de soi qui vous donne la Force de Grandir et qui est tout le contraire de la "dépendance", responsable de tant de drames aujourd'hui.


NB : Pour pratiquer les bains dérivatifs pour ceux et celles que cela intéresse, un petit truc pour éviter de frigorifier sa main tout du long : mettre une cuillère en bois dans un gant de toilette que l'on trempe en partie dans un bol ou une petite casserole d'eau froide. On peut le pratiquer par exemple assis par terre sur un tapis de bain ou au-dessus d'un bidet.

Les bains de Kneipp déloge les toxines par une action majeure au niveau du sang. Pour les bains dérivatifs, cela se passe au niveau de la circulation des graisses. Les 2 sont très profitables à la santé, mais j'aurais tendance à privilégier les bains de Kneipp pour commencer, pour la rapidité de ses puissants effets sur l'organisme.

Le site de France Guillain sur les bains dérivatifs :
http://www.bainsderivatifs.fr/htm/bd.htm

-----------------------
Un autre résumé :

"Liste des problèmes solutionnés par les bains dérivatifs :
asthme, boutons, acné, bourdonnements d’oreilles, cheveux blancs (ils repoussent dans la couleur d’origine), aide pour les chimiothérapie (pas de perte de cheveux et moins de fatigue), calvitie (oui, oui, ça repousse), constipation, rhume des foins, cholestérol, dartres, dents (névralgie dentaire), douleurs en tous genres, dépendance à l’alcool, au tabac, au café, dos et cou (douleur, raideur), drogue, eczéma, excroissance de chaire, verrues plantaires, maux de gorge, incontinence urinaire, insomnie, maux de tête, migraine, poids (régulation du corps donc prise ou perte de poids ; on peut prendre du poids si on en manque, on peut perdre si on en a en trop), cellulite, problèmes de prostate, varices et varicosités, insolation, allergie au soleil, grossesse (tiraillements, pesanteur, insomnie, incontinence urinaire, angoisses, peurs, inquiétudes, poids, constipation, boutons sur le visage et teint), etc… Pour les bébés et les enfants, c’est également très efficace : asthme, constipation, rhume des foins, eczéma, maux de gorge, rhume, rino , angine... etc... , fièvre (elle tombe très rapidement et durablement), sommeil, bébés et enfants trop gros... Maladies infantiles : rougeole, varicelle, oreillons, rubéole, etc... elles « passent » beaucoup plus vite et sans problème.

Précision : France Guillain, dans ses livres et conférences sur les bains dérivatifs, ne parle que de ce qu'elle a pu constater elle-même quant aux effets des bains dérivatifs, c'est à dire, que les personnes qui les pratiquent lui envoient des témoignages et/ou des photocopies d'examens médicaux pour illustrer leurs résultats. Elle ne fait pas de suppositions sur les effets des bains dérivatifs, mais des constatations. Si quelqu’un a un problème mentionné dans la liste des effets obtenus grâce aux bains dérivatifs, il est très facile de vérifier si cela fonctionne ou pas : il n'y a qu'à essayer les bains dérivatifs, ça ne demande que de l'eau froide (mais pas glacée) et quelques minutes de son temps !
Qui est France GUILLAIN ? Elle est diplômée d’études supérieures scientifiques et littéraires, mère de 5 enfants, a parcouru avec eux tous les océans à la voile, et pendant 17 ans. Avec cet ouvrage sur les bains dérivatifs, elle actualise les travaux célèbres de Louis Kuhne, 100 ans après.

En quoi consistent les bains dérivatifs ? Lors des bains dérivatifs, il s'agit de rafraîchir l'entre jambes à l'eau froide, pendant un certain temps et dans certaines conditions... Afin d'aider au nettoyage interne, de dynamiser certaines fonctions, assurant une meilleure résistance aux variations de température, une plus grande énergie, un meilleur sommeil, une meilleure résistance aux infections, un remodelage du corps .... Les toxines reprennent leur chemin dans l'intestin afin d'être éliminées. Les toxines que nous ingérons sont attirés vers les zones fraîches de notre corps. Le processus de digestion nécessite de la chaleur et les toxines fuient cette zone lors de la digestion pour s'orienter vers les extrémiés plus fraîches, elles ne sont donc pas éliminées mais stockées. LES BAINS DERIVATIFS PEUVENT ETRE PRATIQUES A TOUS LES AGES DE LA VIE, DU BEBE AU VIEILLARD Concernant les pertes ou prises du poids, lors des bains dérivatifs c'est le corps qui régule. Si une personne est en surcharge, elle perdra du poids. A contrario, si une personne est maigre, son corps pourra réguler en lui faisant prendre du poids. Et si le corps se sent bien ainsi, il ne perdra ni ne prendra du poids. Autrement dit, c’est une réaction mécanique, Les fascias, membranes entourant les muscles et les organes sont présentes dans tout le corps. Elles sont faites du même tissu que l'intestin et lui sont directement reliées. Leur rôle est de nettoyer l'organisme et les bains dérivatifs les font "vibrer" et ainsi ramener tous les déchets vers l'intestin. Il existe des kiné-fasciothérapeutes.

Comment ? Je cite : « Utiliser un gant de toilette en tissu éponge de coton, ce qu’il y a de plus répandu. Ne mettez pas la main dans le gant sinon vous risquez de le réchauffer et vous aurez moins d’eau disponible. Vous prenez le gant dans votre main, vous le tenez avec vos doigts. Vous plongez le gant dans l’eau (fraîche, mais non glacée) et vous le faites glisser en appuyant très légèrement de haut en bas : Pour les femmes : du pubis vers le bas en passant sur les grandes lèvres, dans un geste unique de haut en bas et sans vous poser mille questions sur « quelle partie je touche avec le gant ». Pour les hommes : sur le bout du pénis, de haut en bas, sans vous préoccuper que le gland soit ou non découvert. Immédiatement vous replongez le gant dans l’eau et vous recommencez, sans interruption pendant le temps de votre séance. Pas de jet d’eau directement, il faut qu’il y ait frottement avec le gant ou l’éponge. Tout le reste du corps doit être couvert très chaudement et le rafraîchissement doit durer dix minutes consécutives au moins pour une personne adulte et peut se prolonger une heure (port de chaussettes, pull, écharpe etc. car le froid doit être concentré à cet endroit là).
(Extrait du livre =) "Les conditions thermiques : Il ne suffit pas de ne pas avoir froid, il faut avoir positivement chaud. N’hésitez donc pas à mettre une veste de laine au moment du bain dérivatif… C’est une condition fondamentale du bon fonctionnement. Evitez absolument le frisson et le refroidissement. Mieux vaut faire les bains dérivatifs en évitant la proximité d’un repas, 1/2 heures avant (ça a un effet coupe-faim) ou 1 h 30 après, (car ça peut faire tourner la tête ou donner des nausées, le corps a besoins de chaleur pour digérer). Pour un bébé ou enfant, l’allonger, une serviette sous les fesses (ou alors laisser la couche dessous en cas de pipi !), bien l’habiller (jambes au chaud aussi) et : Pour les pitchounettes : tapoter le sexe en douceur ; Pour les pitchouns : appliquer le gant sur tout le sexe directement, sans « tenir » le pénis et sans frotter. Si votre bébé a de la fièvre, vous pouvez lui faire un bain dérivatif à chaque change ou chaque fois que la fièvre monte si elle est forte et que vous êtes disponible. Dans le cas de fièvre, faites 3 min jusqu’à 6 mois, 5 min au-delà. Cela n’entrave en rien le traitement ordonné par le médecin, bien sûr. Durée ? Pour les adultes : Normalement, 10 min (ou 15 si on pèse plus de 70 kg) une ou deux fois par jour suffisent pour avoir des résultats. Pour les bébés et les enfants : Il faut adapter la durée du bain selon leur âge et leur poids. Nouveau né = 20 secondes, bébé = 1 min, jusqu’à 6 mois = 2 min, pour n’atteindre 3 à 4 min que vers 18 mois, puis 5 min, puis 7 min vers 4 ou 5 ans. Pas plus, mais pas moins ! Augmenter ou diminuer la durée selon la morphologie de l’enfant.

Fréquence ? Combien de fois par jour, par semaine, par mois, par an ? L’idéal est de pratiquer tous les jours. Mais si votre emploi du temps est trop chargé, 4 fois par semaine sont un minimum. Pour remodeler votre corps, retrouver des mensurations perdues…, vous aurez intérêt, selon votre état actuel, à le pratiquer tous les jours durant plusieurs mois, parfois un ou deux ans. Au bout d’une semaine, il se passe forcément quelque chose si vous avez trouvé votre rythme. Retenez que dans tous les cas de figure, le bain dérivatif ne doit jamais épuiser Le seul frein à la pratique des bains dérivatifs est le temps qu’il nous faut lui consacrer..... mais il suffit de se réserver un laps de temps de 20 min dans la journée pour sa santé. Après le bain dérivatif ? Il faut se réchauffer de l’extérieur afin d’accentuer et prolonger le rafraîchissement interne et favoriser la détente des fascias. Il faut bien faire la différence entre ce que vous avez envie d’obtenir comme effets du bain dérivatif et ce que nous appellerons les urgences de votre corps. Il est fréquent que les deux coïncident, mais pas toujours. Lorsque vous faite des bains, vous organisez un nettoyage interne, vous réactivez une bonne alimentation du corps. Vous avez une idée de ce que vous désirez obtenir, mais votre corps, lui, sait où il est le plus gêné. C’est pourquoi nous observons en tout 1er lieu les premiers indices qui nous montrent que cela fonctionne en notant les résultats sur la qualité du sommeil, la fatigue, la nervosité, l’appétit, la digestion (constipation), les maux de tête… alors que vous avez peut-être les yeux rivés sur votre tour de taille. Le tour de taille ne s’améliorera pas forcément, mais il n’est peut-être pas la première urgence de votre corps"… Les pertes par les selles peuvent épuiser si c’est trop rapide, puisque effectivement cette méthode permet d’éliminer toutes les saletés accumulées dans notre corps depuis longtemps. Alors surtout, n’essayez pas d’obtenir un résultat trop rapidement, car ce serait néfaste plus que bénéfique.

ATTENTION il y a quand même des CONTRE-INDICATIONS au bain dérivatif : (extrait du livre =) 1° - l’épuisement, l’absence totale d’énergie, le fait d’être exténué est l’obstacle le plus évident. 2° - une autre contre-indication est une opération chirurgicale récente. Il faut laisser passer six mois pour une personne jeune, un an pour une moins jeune ou très surchargée. Le corps a besoin de calme et de repos pour les cicatrisations puissent se faire correctement. Peut-être faut-il laisser aux fascias le temps nécessaire de se reconstituer et de rétablir leurs connections ? 3° - Enfin, une personne qui a subi de nombreuses opérations ou à qui l’on a posé des prothèses ou un stimulateur cardiaque doit être très prudente avec les bains dérivatifs 4° - si vous êtes enceinte suite à un traitement, FIV ou autre, laissez passer le premier trimestre et ensuite faites les bains dérivatifs sans problème. Si vous êtes enceinte “naturellement” alors aucun problème : vous pouvez faire les bains dérivatifs du premier au dernier jour de la grossesse. C’est peut-être décourageant pour certaines de devoir attendre pour obtenir un résultat sur les kilos (par exemple) qu’elles souhaitent perdre, mais il vaut beaucoup mieux prendre son temps, d’autant que cela améliorera votre état général, au lieu de se précipiter à perdre des kilos à la va vite que l’on reprendra tout aussi vite accompagnés la plupart du temps par quelques autres. 5° - jamais pendant les règles. Rappel : cette méthode ne justifie aucunement de ne plus aller voir son médecin si on a un problème , et que tout ceci ne vous empêche pas de suivre vos traitements si vous en avez en cours.

On peut aussi pratiquer les bains dérivatifs en portant une poche de gel. Ce sont des poches faites pour mettre sur les muscles endoloris, en vente dans les magasins de sport ou dans les pharmacies (par exemple HotCold). On les met au congélateur, et avant de les porter, il faut les envelopper de deux feuilles de sopalin ou d'un tissu afin de ne pas se brûler avec le froid. La poche reste souple. Porter une poche pendant 1 heure équivaut à faire 10 min de bains dérivatifs avec de l'eau. Les poches de gel mettent un peu plus de temps à faire de l’effet qu'avec le gant mais les résultats sont là et ainsi on perd beaucoup moins de temps qu’avec le gant et l’eau. Pour une urgence (douleur, migraine) et problème à faire passer très rapidement, il vaut mieux faire le bain dérivatif avec de l’eau."
http://autrement.olympe-network.com/bains%20derivatifs.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Livre 'Ma cure d'eau' de l'abbé Kneipp (Hydrothérapie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avez-vous lus Maria SIMMA ?
» Aromathérapie énergétique de Lydia Bosson, Guénolée Dietz
» Contre le Baby-Blues (Dépression post-natale)
» Expliquer les sacrements aux enfants -Livre par Abbé Rémi Veillon
» Abbé Julio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REVEILLEZ VOUS :: MATERIALITE :: ALIMENTATION ET SOLUTIONS NATURELLES-
Sauter vers: